Cliquer pour envoyer par email
TwitterGoogle+LinkedInFacebook
FC Lorient : après le synthétique, place à l’AirFibr

La pelouse synthétique du stade du FC Lorient a commencé à être enlevée ce mardi 17 mai, au matin. Le stade sera bientôt doté de la même pelouse que de nombreuses enceintes accueillant l’Euro 2016.

La pelouse synthétique du stade du Moustoir en cours d'enlèvement © Radio France - Thomas Lavaud

La pelouse synthétique du stade du Moustoir en cours d’enlèvement © Radio France – Thomas Lavaud

Six ans après l’installation d’une pelouse synthétique, à son tour, Lorient cède aux charmes de l’hybride. La saison prochaine, l’herbe en surface sera naturelle, mais ses racines seront enchevêtrées dans une couche très adhésive mêlant liège, sable drainant et fibres synthétiques. Laquelle couche repose sur un tapis souple type tartan, et un enrobé. Le tout sera équipé d’un système de chauffage.

« Cette sous-couche offre une grande résistance », explique Marie-Christine Baro, maire adjointe de Lorient en charge des sports.

Le risque sera donc limité pour les Merlus de détacher une motte de terre en cas de tacle glissé, même si la pelouse est très humide (ce qui peut parfois arriver au Moustoir, NDLR)

Les composants de la couche n’étant pas organique, un système de récupération de l’eau sera également mis en place.

Comme au centre d’entraînement du Real

La mairie de Lorient a retenu la technologue AirFibr, mise au point par Natural Grass, une start-up parisienne. C’est également celle qui équipe les stades Vélodrome (Marseille), Geoffroy-Guichard (Saint-Etienne), Matmut Atlantique (Bordeaux) ainsi que le Parc OL (Lyon) et le Stadium de Toulouse. Le Real Madrid l’utilise également dans son centre d’entraînement.

Coût des opérations : 1.597.000 euros. La moitié (environ) à la charge de la ville, propriétaire du stade. Le reste à la charge de la région, du département et de l’agglomération. Le FC Lorient contribuera à son entretien à hauteur de 250.000 euros par saison.

Les 9.000 mètres carrés devraient avoir totalement disparu d’ici au jeudi 19. Les premier semis devront avoir lieu les 13 et 14 juin. La première tonte devra s’effectuer début juillet, car la pelouse doit être prête pour le début du festival interceltique, le 4 août.

Ripoll : « Les plus à plaindre étaient les joueurs du FCL. Eux-même ne voulaient plus jouer dessus »

La pelouse synthétique du Moustoir n’a jamais vraiment rencontré le succès attendu. Les critiques ont été récurrentes tout au long des six saisons. La dernière en date remonte à la toute fin du mois d’avril, et venait de l’entraîneur lillois Frédéric Antonetti, mécontent de la blessure de son joueur Sofiane Boufal.

La surface avait durci, ce qui pouvait accentuer les chocs sur les articulations notamment. Même Sylvain Ripoll, l’entraîneur lorientais, ne cache pas son soulagement :

« Les plus à plaindre étaient les joueurs du FCL. Eux même n’avaient pas envie d’y jouer. Elle rendait les relations techniques plus difficiles, même pour nous qui étions habitués à jouer dessus. C’est une bonne chose que toutes les composantes autour du club se soient décidé à la changer. »

Thomas Lavaud

Lire l’article sur france bleu ICI

Retour