Cliquer pour envoyer par email
TwitterGoogle+LinkedInFacebook
Fin du gazon synthétique : le chantier a commencé à Gaston-Petit

En revenant en Ligue 2, la Berri va retrouver la pelouse naturelle. Les travaux sont menés d’arrache-pied car tout doit être prêt le 4 août pour le premier match à domicile.

La berri Gazon

La pelouse synthétique est mise en rouleaux, une pelouse naturelle sera ensuite aménagée sur un substrat adapté. Ce gazon naturel sera prêt pour le premier match de la Berrichonne à Gaston-Petit, le 4 août prochain, en Ligue 2. © Laurent Fortat

Voilà un début de chantier qui n’a pas tardé.

« Dès le mois de janvier nous avions anticipé les choses et déroulé la procédure des marchés publics. Il fallait que l’on soit en mesure de commencer les travaux dès la fin du championnat. Et heureusement, la Berri est montée en L2 », confie Roland Vrillon, maire adjoint de Châteauroux chargé des espaces verts.

« Pelouse 100 % naturelle »

Et de préciser :

« Le coût de ces travaux (800.000 euros) est supporté pour moitié par la ville et pour moitié par la Berri. C’est donc la première fois qu’un club de foot participe au financement de sa pelouse. »

Alain Bertrand, le spécialiste des espaces verts à la ville, explique les détails techniques de ces travaux :

« Depuis mardi nous procédons à la dépose de la pelouse synthétique avec des machines de grande technicité. Cette pelouse est remise en rouleaux et sera installée sur un autre terrain en ville. Là, on va travailler sur les couches drainantes et faire des tranchées pour le réseau d’arrosage et ensuite on nivelle tout cela. »

« L’autre phase sera de mettre un substrat AirFibr adapté, composé de sables très fins, de granules de liège et microfibres synthétiques, poursuit le technicien. Mais il est impropre de dire qu’il s’agit d’une pelouse hybride. Celle qui sera semée en surface sera bien 100 % naturelle. Et elle nécessitera un entretien classique. »

C’est une société vendéenne, Sportingsols, qui assure l’aménagement de cette pelouse. Et elle aura la charge de la maintenance durant les trois prochaines années.

« En tout cas, la pelouse sera parfaitement prête pour le 4 août », certifie Roland Vrillon.

Laurent Fortat

Lire l’article sur l’Le Berry Républicain ICI

Retour