Cliquer pour envoyer par email
TwitterGoogle+LinkedInFacebook
l’INSEP dote certaines de ses infrastructures d’une pelouse hybride

Grâce au partenariat noué depuis 2016 avec la société française Natural Grass, spécialiste des surfaces végétales innovantes, l’INSEP dote certaines de ses infrastructures d’une pelouse hybride alliant souplesse et résistance pour réduire les risques de blessures et augmenter les performances.

En novembre dernier, pour préparer leur test match face au XV de France (victoire des Bleus 28-13), les joueurs de l’équipe nationale argentine de rugby ont posé pendant une semaine leurs crampons à l’INSEP. Dans des conditions météorologiques difficiles (pluie, gel), les Pumas (leur surnom) ont pu assurer leurs entraînements sur le terrain de grands jeux sans connaître la moindre perte de stabilité ni de dégradation de pelouse. Une performance rendue possible grâce à la technologie « Airfibr ». Une pelouse dite « hybride » sur laquelle évolue déjà au quotidien à l’INSEP les joueuses du pôle France féminin de football. Et qui est régulièrement foulée par de nombreux collectifs en stage dans l’Institut, à l’image des rugbymen argentins donc, mais aussi leurs homologues fidjiens et sud-africains, séduits par cette surface alliant souplesse et résistance développée par la société française Natural Grass. « Les sportifs y trouvent non seulement un certain confort de jeu, mais ils savent aussi qu’elle va sensiblement réduire les risques de blessures tout en augmentant leurs performances », remarquent Jennyfer Lecompte, responsable de la recherche en biomécanique, et Marlène Pivard, directrice marketing de Natural Grass, spécialiste des surfaces végétales innovantes.

Photo de la pelouse du terrain d'entraînement de l'INSEP équipé d'AirFibr

Photo de la pelouse hybride du terrain d’entraînement de l’INSEP équipée d’AirFibr

 

PERFORMANCE ET EXCELLENCE

Composée d’une pelouse 100% naturelle, enracinée dans un sol composé de granules de liège naturel, de microfibres synthétiques et de sable fin extra silicieux, la pelouse hybride qui équipe le terrain de grands jeux de l’INSEP optimise l’amortissement et réduit la fatigue des joueurs en restituant une part de l’énergie de chaque appui. Elle permet une diminution sensible des facteurs de risques de blessures, notamment la rupture du ligament croisé antérieur (LCA) ou encore les blessures de fatigue. Depuis 2016, un programme de recherche est d’ailleurs conjointement mené entre l’unité Recherche de l’INSEP et la cellule Recherche et Développement de Natural Grass afin de mesurer l’impact des surfaces d’entrainement sur la santé et les performances des sportifs de haut niveau. Ces tests, dont les résultats seront connus en 2019, permettront ainsi de caractériser l’effet du type de surface sur le comportement mécanique des structures musculo-tendineuses et les stratégies motrices des athlètes. « Ce partenariat avec l’INSEP démontre une nouvelle fois la confiance portée par les institutions publiques et sportives sur notre savoir-faire et nos technologies, souligne Marlène Pivard. Nous partageons avec l’Institut les mêmes valeurs de performance et d’excellence, avec cette même priorité de placer le sportif au centre de nos préoccupations. »

Trouver l’article ici

Retour