Cliquer pour envoyer par email
TwitterGoogle+LinkedInFacebook
Un stade en partage

Pionnier en France à haut niveau, le Stade Marcel-Verchère, théâtre du match France-Italie demain pour le compte du Tournoi des 6 Nations féminin, accueille des footballeurs de l’US Bressane.

Anthony Frénet et les Bressans doivent partager leur stade avec les footballeurs mais ont gagné en échange une pelouse top niveau. / Photo Jean-François Basset

Le Stade Marcel-Verchère à Bourg-en-Bresse connaît les cadences infernales. Avant d’accueillir la rencontre France-Italie prévue demain soir à 21 heures, il a vu deux matchs se dérouler ces six derniers jours. Dimanche dernier, à 15 heures, l’US Bressane a reçu Roc-La Voulte-Valence (27-6) et mardi dernier, à 21 heures, le club de football, qui évolue en Ligue 2, a accueilli Tours (0-2). Depuis le début de la saison, les deux clubs se partagent en effet le stade Marcel-Verchère. Après la montée du club de football en Ligue 2 au printemps dernier, la ville et l’agglomération de Bourg-en-Bresse a en effet choisi de mutualiser le stade et de faire cohabiter rugbymen et footballeurs.

« Pour y parvenir, il fallait une pelouse remarquable, et elle l’est, se réjouit le président de Bourg-en-Bresse Agglomération et premier adjoint au maire de la ville, Michel Fontaine. Il fallait installer un système de chauffage et un nouvel arrosage notamment. C’est un investissement coûteux, de l’ordre d’un million deux cent mille euros. »

Médiation

Cette pelouse naturelle, plantée sur un substrat artificiel est soigneusement entretenue après chaque match et les craintes liées à la multiplication des matchs ont vite été dissipées. Mais les efforts ne portent pas seulement sur le rectangle vert. Pour que la mutualisation du stade porte ses fruits, il fallait également faire comprendre aux acteurs l’intérêt à cohabiter. Devenue propriétaire du stade au 1er septembre, comme l’est d’autres bâtiments, à usage événementiel (Ekinox, Ainterexpo) l’Agglomération a mis en place une médiation pour faciliter les échanges entre les dirigeants, les staffs, les joueurs et les bénévoles de chaque club. Une réussite tripartite est organisée chaque semaine pour organiser la vie quotidienne et prévenir les éventuels problèmes. Club résident du stade, où il a toujours ses locaux administratifs, sa salle de musculation et ses lieux de vie, l’US bressane doit céder un peu de ses prérogatives mais s’y retrouve.

«  L’US bressane était, entre guillemets chez elle et reconnaît avoir dû faire un effort, explique Michel Fontaine. Mais le club est resté chez lui. C’est l’événement, le match, qui se déroule à Marcel-Verchère. »

Et si l’USB a gagné une belle pelouse, sa patience devrait bientôt être récompensée. A l’étude cette année, des travaux d’aménagement pour les vestiaires et l’accueil du public devrait démarrer en 2017. Même partagé, il aura un bel outil pour espérer retrouver la Pro D2 et faire aussi bien que ses collègues bressans du basket et du football, déjà présents dans l’antichambre de l’élite.

Par Sébastien Fiatte / Midi Olympique – 05 février 2016

Retour